Les régimes sans viande, risque accru de fractures osseuses

Les régimes alimentaires sans viande prennent une ampleur grandissante dans le monde. Certes, il y a des avantages quant on ne consomme pas de viande mais cela pourrait être par la même occasion préjudiciable pour la santé. Des études novatrices ont permis de constater que ces régimes provoquent une augmentation de risques de fractures osseuses. Plus d’informations vous seront révélées dans cet article.

Des risques liés à l’IMC

Les régimes sans viande sont susceptibles de conduire à un faible niveau d’Indice de Masse Corporelle dans l’organisme aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Des études ont montré que l’IMC moyen serait plus grand chez les carnistes contrairement aux végans. Par extension, d’autres ont aussi montré que les végétariens et les végétaliens perdent assez de poids chaque année par rapport aux mangeurs de viande. Ce qui fait que les muscles des végétariens sont moins gras et ne peuvent résister à l’insuline. Par conséquent, leur os serait plus sensible aux fractures. C’est souvent le cas des chutes ou des accidents qui s’observent fréquemment.

Le manque de calcium

C’est aussi l’une des raisons essentielles de la fracture d’os chez les adeptes du végétalisme. Associé aux protéines, le calcium est un très bon moyen pour renforcer les os. Chez les mangeurs sans viande, la probabilité est assez faible d’avoir un apport suffisant en calcium. Ceux qui consomment les laitages, les œufs… et ne mangent ni viande, ni poisson possèdent un statut osseux plus inquiétant qu’on ne puisse imaginer. Or, la maintenance solide des os pour un bon fonctionnement musculaire ainsi que du système sanguin s’effectue grâce au calcium. En conséquence, les régimes alimentaires sans viande conduisent à la déminéralisation des os et peuvent donc amener à des risques de fractures osseuses.